wang guangle mur terrazzo pekin john dodelande

L’univers de Wang Guangle

Wang Guangle, né en 1976 dans la province de Fujian, fait figure de précurseur de sa génération pour l’art conceptuel. John Dodelande, féru d’art contemporain chinois, nous parle de cet artiste, remarqué dès ses études à l’Académie des Beaux-Arts de Pékin.

L’univers de Wang Guangle

En contemplant une œuvre de Wang Guangle, vous ressentez un apaisement profond. L’artiste utilise en effet une technique pour appliquer les pigments de couleur de sa peinture acrylique bien spécifique. Ses toiles semblent ainsi faites de lumière, rayonnant littéralement.

Et c’est un élément clé de l’art de Wang Guangle. Il déclare ainsi qu’ « après avoir obtenu mon diplôme, je suis devenu obsédé par les projections de lumière sur le sol ». Emerveillé par cette découverte, il va alors travailler à sa première œuvre majeure : « Terrazzo ».

La série « Terrazzo » de Wang Guangle

Lors de ses études à l’Académie, Wang Guangle prend conscience de la lumière et du temps. « C’était calme, oisif et vide – peut-être s’agissait-il des qualités inhérentes à la vie elle-même. Un rayon de lumière brillait sur le sol. Vous êtes peut-être occupé, mais j’avais tout mon temps. C’est pourquoi j’ai exprimé ce moment ». Il travaille sans relâche pour capter la nuance entre la lumière et le temps qui passe. Il s’est en effet aperçu à cette occasion que peindre un rayon ne prenait guère de temps, mais que le travail de la peinture nécessitait un très long moment, pour atteindre la texture escomptée. Un geste répétitif menant Wang Guangle, mais aussi le spectateur, à s’interroger sur le sens du temps.

La série « Terrazzo » voit ainsi le jour, emmenant le spectateur à la découverte de l’univers et du processus de création de Wang Guangle. On découvre la pureté du temps, sans lieu concret.

Share: